Eat’s Business #16 | Variété de café résistante au réchauffement climatique, les repas dans l’espace et nouveau record de consommation de viande en 2021 | avec la participation de David Nigel Flynn de Cafés Belleville

04/05/2021

Ecoutez le podcast sur votre application préferée :


Eat’s Business #16

Dans ce nouvel épisode de Eat’s Business, la revue de presse du Business de la Bouffe, Olivier Frey et Daniel Coutinho reviennent sur le “Coffea stenophylla”, cette variété de café résistante au réchauffement climatique, sur la composition des repas dans la station spatiale internationale, ainsi que sur un nouveau record de consommation de viande prévu pour 2021.

Dans cet épisode, sont aussi évoqués l’essoufflement du secteur bio, l’impact des désordres climatiques sur le vin, et les conséquences internationales du changement d’alimentation des animaux chinois.

Mauvais temps pour le bio

Le Figaro, Coup de froid sur l’eldorado du bio, 25/04/2021

Lancé en juin 2018, le programme “Ambition Bio 2022” s’était fixé pour objectif d’arriver à 15 % des surfaces agricoles françaises en agriculture biologique d’ici à 2022. Le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie vient tout récemment d’admettre qu’il ne sera pas tenu. D’ailleurs, l’article précise qu’avec la crise, les consommateurs se ruent moins sur les produits bio et que, par conséquent, le rythme des conversions est à surveiller.

Ainsi, dans les fruits et légumes, l’interprofession Interfel affirme que “les très nombreuses surfaces qui arrivent en fin de conversion ne sont plus en adéquation avec le tassement des ventes de fruits et légumes bio”. Dans le lait, les deux grandes coopératives Agrial et Sodiaal ont décidé de stopper les nouvelles conversions jusqu’à fin 2021 afin d’avoir “le temps d’absorber les surplus de volumes issus des dernières bascules en bio”. Le président d’Agrial est même catégorique lorsqu’il affirme “nous n’initions plus de conversions car les débouchés ne sont pas là”.

Et comme l’explique Sabrina Laroche de chez Kantar Worldpanel, hormis lors du 1er confinement, la hausse des achats de produits bio a été moins forte que sur l’ensemble des produits de grande consommation ». Ceci a eu pour conséquence une stagnation de la part des produits bio dans les achats alimentaires en grandes surfaces en 2020 (à 5,6%).  

Au final, comme le résume Laurent Gradin d’Interfel, « la question, c’est de savoir si nous sommes à un palier ou à un plafond ».

Une variété de café résistante au réchauffement climatique

The Economist, How to save coffee from global warming, 24/04/2021

Voilà une bonne nouvelle pour tous les amateurs de café. Et celle-ci se nomme “Coffea stenophylla”.

Il faut dire qu’avec le réchauffement climatique l’approvisionnement en café est de plus en plus en difficulté. The Economist nous apprend que le marché actuel du café est dominé par “Coffea arabica”, et “Coffea canephora”, plus communément appelé robusta.

L’arabica est originaire des hauts plateaux d’Éthiopie et du Sud-Soudan. Il préfère des températures de 18 à 22°C. À mesure que les températures augmentent, le nombre d’endroits où il peut pousser diminue.

Le robusta est originaire d’Afrique centrale et occidentale, et pousse à des altitudes plus basses. On pensait autrefois qu’il était capable de supporter des températures de 30°C, mais des travaux récents suggèrent qu’il ne s’épanouit pas au-dessus de 24°C. Par ailleurs, s’il représente la meilleure alternative à l’arabica, le robusta est tout de même gustativement inférieur.

Néanmoins, comme l’explique le Dr Aaron Davis, qui travaille aux Jardins botaniques royaux de Kew, en Grande-Bretagne, on recense 124 espèces de café différentes qui existent à l’état sauvage. Si certaines d’entre elles poussent dans des conditions beaucoup plus sèches et beaucoup plus chaudes que l’arabica, “elles ont un goût dégoûtant”. Ainsi, lorsque ce dernier est tombé sur un article rédigé en 1834 par George Don, un botaniste écossais, mentionnant le “Coffea stenophylla”, cela a suscité son intérêt. Il a notamment découvert que le stenophylla pousse dans certaines régions de la Guinée, de la Sierra Leone et de la Côte d’Ivoire où la température oscille entre 24 et 26 °C. Il semble résistant à la chaleur, mais surtout les experts affirment que sa qualité est similaire à celle de l’arabica. Par conséquent, ce grain de café, que l’on croyait perdu à la fin du siècle dernier, pourrait donc bien sauver les amateurs de café.

Pour ceux qui veulent aller plus loin sur le thème du café :

  • le papier publié dans Nature Plants par Aaron Davis et ses co-auteurs est disponible ici
  • des statistiques et des graphiques animés que réalisés par Olivier Frey sur le marché mondial du café à découvrir ici pour connaître les principaux pays producteurs, exportateurs et importateurs.

Conséquences des désordres climatiques sur le vin

Les Echos, Climat : cinq questions sur le sort promis au vin français, 25/04/2021

L’article répond à 5 questions pertinentes suite à l’épisode de gel de ce mois-ci.

1. Le gel fait-il plus de dégâts dans la vigne que la grêle ou la sécheresse ? : comme la grêle peut tomber n’importe quand dans l’année, il n’y a pas de solution. La sécheresse est plus structurelle mais les épisodes de chaleur devraient se multiplier. Si la vigne supporte très bien le gel l’hiver jusqu’à moins 20 degrés quand elle est au repos, au printemps le gel est plus compliqué à gérer.

2. Une vigne qui a gelé est-elle durablement abîmée ? :il existe des variétés de vigne qui peuvent refaire des bourgeons grâce à des rameaux secondaires mais ceux-ci font moins de fleurs et donc moins de raisins.

3. Faut-il changer les cépages ? : sur ce point les mentalités évoluent. 

4. Certains cépages sont-ils menacés de disparition ? : certains sont plus fragiles que d’autres car ils sont plus précoces et donc plus exposés au gel de printemps.

5. Quelle est l’incidence du réchauffement sur la qualité du vin ? :la chaleur va augmenter le taux de sucre ainsi que le degré d’alcool.

Qu’est-ce qu’on mange dans l’espace ?

New York Times, It’s Dinner Time on the Space Station. Lobster or Beef Bourguignon?, 22/04/2021

Le NYT s’est intéressé aux repas que Thomas Pesquet a emportés avec lui sur la station spatiale internationale. Entre le homard, le bœuf bourguignon, les galettes de pommes de terre aux champignons et les tartelettes aux amandes et aux poires caramélisées, comme l’a bien résumé Thomas Pesquet, “il y a beaucoup d’attentes lorsque vous envoyez un Français dans l’espace”.

Comme l’illustre le NYT, les repas en atmosphère ont souvent été le parent pauvre des expéditions spatiales. En 1961, Youri Gagarine avait pour repas un pressé de boeuf réduit en purée ainsi que de la sauce au chocolat mais conditionnés dans des sortes de tubes de dentifrice. Quelques mois plus tard, John Glenn se contentait pour sa part d’avaler de la compote de pommes.

Cette année, les astronautes dégusteront des plats préparés par trois institutions culinaires françaises (les chefs Alain Ducasse et Thierry Marx mais également Servair, la société de restauration qui travaille pour Air France). Comme le rappelle le NYT, les astronautes de la station spatiale ne vont pas manger du homard et du bœuf bourguignon tous les jours car ces plats seront réservés aux occasions spéciales comme les anniversaires.

La nourriture à destination des expéditions spatiales doit répondre à quelques impératifs :

  • La plupart des aliments sont lyophilisés, l’eau étant extraite, afin de réduire leur taille et leur volume.
  • D’autres aliments sont chauffés à haute température pour tuer les germes, afin qu’ils puissent rester à température ambiante, enfermés dans des boîtes de conserve et des sacs en plastique, pendant quelques années avant d’être consommés.
  • Elle ne doit pas être friable pour ne pas qu’elle se désintègre en morceaux qui pourraient être inhalés ou flotter dans l’air ambiant.
  • Pour la santé des astronautes, les aliments sont généralement pauvres en sodium, en sucre et en graisses.
  • Enfin, l’alcool est interdit, ce qui est, comme le dit bien le NYT, “un défi particulier pour la cuisine française qui fait la part belle au vin”.

Parmi les futurs défis alimentaires dans l’espace : la cuisson et la culture de plantes. Cela deviendra crucial pour les missions plus longues, comme les voyages vers Mars, car il n’y aura pas de vaisseaux de ravitaillement.

Des records de consommation de viande en 2021…

MIT Technology Review, We’re on track to set a new record for global meat consumption, 26/04/2021

Un article consacré à la viande qui va un peu à rebours de toute la frénésie autour des protéines végétales et des alternatives à la viande. Il fait notamment écho à l’appel de Bill Gates qui, dans son dernier livre, affirme que “tous les pays riches devraient passer au bœuf synthétique à 100%”.

Tout d’abord, l’article rappelle que les terriens devraient manger plus de viande en 2021 que jamais auparavant. La FAO prévoit en effet que la consommation mondiale de viande augmentera de plus de 1% cette année et la croissance la plus rapide se produira dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. Mais comme l’explique l’article, “il est peu probable que l’on puisse inverser cette tendance en essayant de détourner les goûts des gens de la viande”. En effet, même si aux États-Unis la consommation de bœuf par habitant a considérablement diminué ces dernières années, elle reste plus élevée que dans presque tous les autres pays.

L’article passe ensuite en revue les différentes solutions existantes pour réduire l’impact écologique de la viande dans ce contexte.

Si les substituts à la viande, que ce soit à base de protéines végétales ou de viande “cultivée”, semblent intéressants, l’article rappelle que ces alternatives “ne peuvent que modérément réduire la production animale”. En effet, il n’existe tout simplement pas de substituts à base de plantes ou de cellules dont le goût, l’apparence et la sensation sont similaires à ceux des morceaux de viande entiers comme des côtes de porc ou un onglet de boeuf. Et ces morceaux entiers représentent une part importante de la consommation de viande (40% de la consommation de bœuf aux États-Unis, par exemple).

L’autre solution à ne pas négliger selon l’article est de trouver le moyen d’élever du bétail sans générer autant d’émissions de gaz à effet de serre. Des entreprises travaillent déjà sur des méthodes prometteuses permettant aux éleveurs de réduire leurs émissions (voir un exemple dans l’article suivant). Ainsi, selon l’article, l’intensification de la production bovine, par exemple en fournissant des aliments à base de plantes et en augmentant la productivité des pâturages, est l’une des meilleures possibilités de réduire l’utilisation des terres agricoles et les émissions au niveau mondial.

Car comme le résume bien l’article “nous ne devons pas fonder nos espoirs sur la perspective de voir des milliards de personnes “arrêter de manger de la viande” d’un seul coup”.

Moins de soja et de maïs pour l’alimentation animale en Chine – des conséquences internationales

Reuters, Reshaping grain trade? China moves to change animal feed recipes, 21/04/2021

La Chine fait désormais la pluie et le beau temps sur les principaux marchés agricoles mondiaux, et notamment sur celui des céréales. La Chine est notamment le premier acheteur mondial de maïs et de soja. Chaque année, la Chine consomme environ 175 millions de tonnes de maïs et importe près de 100 millions de tonnes de soja qui sont utilisés pour l’alimentation animale, selon les données du ministère de l’agriculture.

Le ministère de l’agriculture chinois vient de publier de nouvelles directives recommandant de réduire la quantité de maïs et de soja dans l’alimentation des porcs et des volailles, Le ministère a ainsi déclaré que le riz, le manioc, le son de riz, l’orge et le sorgho pouvaient également remplacer le maïs, tandis que la farine de colza, la farine de coton, la farine d’arachide, la farine de tournesol, les drêches de distillerie, la farine de palme, la farine de lin, la farine de sésame et les sous-produits de la transformation du maïs constituaient de bonnes options pour remplacer la farine de soja. Ces nouvelles directives vont donc forcément impacter le flux des céréales au niveau mondial. Mais, selon des analystes, il est difficile de donner des estimations sur le niveau de la baisse de la consommation de maïs et de farine de soja qui fera suite à ces directives.

Découvrez l’émission Eat’s Business

Pour vous abonner à la newsletter Eat’s Business


ABONNEZ-VOUS AU PODCAST

Des nouveaux épisodes toutes les semaines.

Si le podcast vous plait, et si vous utilisez iTunes ou Apple Podcasts, n'hésitez pas à le noter ★★★★★
C'est très important pour lui donner plus de visibilité. Merci !

Et suivez-nous sur:

Les Emissions

Nos émissions sont animées par des passionnés et experts, dont l’objectif commun est de vous amener à la découverte des coulisses de la Bouffe.

podcast business of bouffe

Business of Bouffe

Le Podcast qui parle Bouffe
avec un angle Business

podcast the good bouffe

The Good Bouffe

Le Podcast qui valorise les savoir-faire dans la Bonne Bouffe

podcast eats business

Eat's Business

La revue de presse
du Business de la Bouffe

a cote de la plaque

A Côté d'la Plaque

Le Podcast qui parle de tout
sauf de Bouffe

sur le champ

Sur le Champ

Le Podcast qui part à la rencontre d’Agriculteurs inspirants

logo podcast food karma beena migotto

Food Karma

Le podcast qui nous invite à agir
dans la Bouffe

plat du jour

Plat du Jour

Le podcast qui parle des actualités dans le Business de la Bouffe

podcast fait maison

Fait Maison

Le Podcast qui parle du Business de la Bouffe face à la crise

Abonnez-vous à la newsletter Eat's Business !

Pour recevoir toutes les semaines la revue de presse du Business de la Bouffe.

Contactez-nous

11 + 5 =

Adresse

80 Rue des Haies
75020 Paris

Téléphone

+33 1 44 93 08 78