eat's business épisode 40

Eat’s Business #40 | Gorillas rachète Frichti, Picard cash machine et l’Irlande augmente l’impôt sur l’alcool avec la participation spéciale de Julia Bijaoui, la co-fondatrice de Frichti

01/02/2022

Ecoutez le podcast sur votre application préferée :


Eat’s Business #40

Dans ce nouvel épisode de Eat’s Business, la revue de presse du Business de la Bouffe, Olivier Frey et Daniel Coutinho reviennent sur les actualités food de la semaine. Aujourd’hui on parle du rachat de Frichti par Gorillas avec la participation spéciale de la fondatrice de Frichti, Julia Bijaoui, on parle aussi du casse-tête des Dark kitchens pour la mairie de Paris, de la grande distribution notamment avec plus d’informations sur une éventuelle fusion entre Carrefour et Auchan.

On parle également de Picard, des fruits et légumes qui viennent d’ailleurs et de la forte augmentation du prix de l’alcool en Irlande.

Challenges, Pourquoi la foodtech Frichti va être rachetée par l’allemand Gorillas, 24/01/2022

Encore une étape dans la consolidation du secteur du quick commerce en France. En effet, les co-fondateurs de Frichti, l’un des pionniers des dark kitchens et des dark stores, ont décidé de céder 100% du capital de leur entreprise au champion allemand du quick commerce Gorillas. La startup allemande n’a que deux ans d’existence mais vaut déjà 3 milliards de dollars. 

L’article explique que face au développement rapide du quick commerce dans l’Hexagone, les fondateurs de Frichti se sont posés la question de se lancer à leur tour sur ce segment. Frichti était à l’origine positionner sur la livraison de plats et a développé à partir de 2018, une activité de livraison de courses à domicile, ce qui leur a permis de “lisser les livraisons tout au long de la journée, et donc de baisser les coûts opérationnels, et de fidéliser le consommateur”. En 2021, le chiffre d’affaires de Frichti était d’environ 60 millions d’euros selon les informations de Challenges.

En décidant finalement de se lancer sur la livraison en 15 minutes, les fondateurs ont fait face à l’arrivée de plusieurs acteurs ayant réussi à lever des montants très importants et ayant noué des partenariats avec des distributeurs. Ils ont donc décidé de s’adosser à Gorillas.

Comme le précise, Pierre Guionin, directeur France de Gorillas, “les deux marques vont continuer à exister”. Selon des données de FoxIntelligence, l’ensemble Gorillas + Frichti pèse 17% de la livraison express à Paris. Ils possèdent un total de 47 sites à Paris, Lille, Lyon, Bordeaux, Nice, Nantes, Grenoble, Aix-en-Provence et Lille.

Le Parisien, «Dark kitchens», «dark stores» : nuisances, menace sur les petits commerces… Paris cherche la parade, 24/01/2022

L’essor des dark kitchens et des dark stores inquiète de plus en plus la mairie de Paris qui cherche à mieux réguler leur développement.

Selon la mairie de Paris, la multiplication des rachats de locaux commerciaux par les startup de ces deux secteurs en pleine expansion “participent à l’inflation immobilière”. Par ailleurs, la mairie met avant “le risque de cannibalisation des commerces de proximité déjà fragiles, en particulier ceux du secteur alimentaire”. La mairie pointe également les nuisances sonores générées car les locaux dans lesquels ces startups s’installent “ne sont pas adaptés à une activité d’entrepôt”. 

Autre pratique dénoncée par la mairie de Paris : “la pénibilité du travail des livreurs”.

Emmanuel Grégoire, premier adjoint de la maire de Paris, va réunir au mois de mars les principaux acteurs de ces deux marchés.

Le Figaro, Auchan-Carrefour: les secrets du projet «Merlot», 23/01/2022

On en sait désormais un peu plus sur le projet “Merlot”, à savoir l’offre de rachat de “Pinot” (Carrefour) par “Sauvignon” (Auchan).

Le Figaro a en effet eu accès à un document envoyé par la banque d’affaire Lazard en novembre 2021 aux plus grands fonds d’investissement afin de les convaincre de financer l’OPA. Selon Lazard, “Merlot deviendrait le premier distributeur en France avec plus de 29 % de part de marché en France et une présence internationale unique dans 17 pays”. De plus, Lazard estime que le nouveau groupe réalisera en 2025 un chiffre d’affaires de 108 milliards d’euros et un excédent brut d’exploitation (Ebitda) de 8,6 milliards. La marge serait alors de 7,9 %, contre 6,1 % en 2020. La marge augmenterait en grande partie grâce à des synergies opérationnelles (achats, frais de siège, logistique…). Lazard les estime à 1,165 milliard d’euros par an à partir de 2025.

Afin de s’assurer de la faisabilité de l’opération, Lazard estimait qu’il fallait céder 370 magasins, dont 144 hypermarchés, avec un impact de 9,2 milliards d’euros sur le chiffre d’affaires et de 300 millions sur l’Ebitda. Selon un acteur du dossier, « 2MX, le Spac créé fin 2020 par Matthieu Pigasse, Moez-Alexandre Zouari et Xavier Niel, serait le repreneur idéal des actifs à céder suite à l’OPA d’Auchan sur Carrefour ».

Bref, comme le conclut l’article, “après encore quelques mois de maturation en cave, l’assemblage Pinot-Sauvignon pourrait finir par devenir une réalité”.

Les Échos, Dans les cuisines de la cash machine Picard, 19/01/2022

Un article complet sur l’enseigne préférée des Français, qui est aussi “la plus belle cash machine de la distribution alimentaire tricolore” avec une marge d’Ebitda qui oscille entre 13 et 14 %.

On y apprend notamment que Picard ne fabrique aucun des 1 300 surgelés présents dans son catalogue. Ces derniers sont en effet conçus en interne mais produits par environ 250 sous-traitants. Le premier magasin de l’enseigne a ouvert en 1974 à Paris et, comme l’explique l’article, dès le début “la société fait le choix d’une qualité premium”. C’est dans les années 1990 que l’enseigne a commencé à se développé, grâce notamment au fait que les Français se sont équipés en congélateurs et micro-ondes. Ainsi, le cap des 300 magasins est franchi en 1994 et celui des 500 en 2002.

Autre raison du succès de l’enseigne : l’innovation. En effet, chaque année, Picard lancent 250 produits et revisite autant de recettes. Comme l’affirme Philippe Cadet, DG commerce et produits chez Frial, un sous-traitant de l’enseigne, “la grande différence entre Picard et les autres distributeurs, c’est que Picard lance des produits qui n’existent pas. Les autres copient”.

Autre information intéressante décrite dans l’article : la manière dont Picard conçoit ses produits. On découvre ainsi que “les équipes travaillent en trinôme, avec un salarié des achats, du marketing et de la R & D”. Ils élaborent en premier lieu un « brief » dans lequel ils définissent ce qu’ils veulent, à quel prix et avec quels fournisseurs. C’est ensuite l’enseigne qui fixe la recette et va même jusqu’à dessiner le produit. Au niveau des délais, il faut compter huit à neuf mois pour développer un produit, mais cela peut aller jusqu’à deux ans.

A noter également que Picard est une entreprise très féminisée. Ainsi, le comité de direction compte 55 % de femmes et dans les magasins plus de 70 % des employés sont des femmes.

Les Échos, Fruits et légumes : le difficile chemin de la relocalisation, 20/01/2022

La consommation de fruits et légumes est “globalement stable depuis quinze ans” selon FranceAgriMer. Pire, elle n’a pas contribué au maintien de la production hexagonale.

Ainsi, selon FranceAgriMer, “entre 2005 et 2019, la balance commerciale en fruits frais s’est largement dégradée”. En effet, le déficit commercial pour les fruits frais est passé de 197 millions d’euros en 2005 à 932 millions d’euros en 2019 (+373%). Pour les légumes frais, il est passé de 529 millions d’euros en 2005 à 1,2 milliard en 2019.

L’article explique que le déficit en fruits & légumes a augmenté principalement à cause des échanges avec les pays européens. Par ailleurs, comme la production de fruits & légumes en France a reculé, les exportations ont mécaniquement fait de même. Si la production française est en recul, c’est à cause du “manque de compétitivité lié au coût de la main-d’oeuvre” mais également du “niveau des charges, notamment fiscale” ainsi que de. “la surtransposition des directives européennes en droit français”.

Parmi les solutions envisagées, le Centre technique interprofessionnel des fruits et légumes (CTIFL) cherche à élargir la zone de plantation en fruits et en agrumes. En effet, avec le réchauffement climatique, Interfel pointe le fait que “la zone de production potentielle est remontée en dix ans de Perpignan/Menton au niveau de Bordeaux, offrant la possibilité de cultiver grenades, kakis, avocats et agrumes”.

La Croix, L’Irlande teste l’alcool plus cher pour faire baisser la consommation, 20/01/2022

Depuis le début de l’année, l’Irlande a mis en place sa nouvelle stratégie pour lutter contre la surconsommation d’alcool. Ainsi, désormais l’unité d’alcool ne peut plus être vendue en dessous de 1 €, soit 10 centimes par gramme d’alcool pur.

Par conséquent, depuis le début de l’année une bouteille de vin à 12,5° coûte 7,40 € et le pack de 24 bières Budweiser coûte presque 40 € (contre 18 € par le passé).

Pour vous abonner à la newsletter Eat’s Business


ABONNEZ-VOUS AU PODCAST

Des nouveaux épisodes toutes les semaines.

Et suivez-nous sur:

Les Emissions

Nos émissions sont animées par des passionnés et experts, dont l’objectif commun est de vous amener à la découverte des coulisses de la Bouffe.

Logo Business of Bouffe

Business of Bouffe

Le podcast qui parle Bouffe
avec un angle Business

Logo Les Pieds dans le Terroir

Les Pieds dans le Terroir

Le podcast qui parle de celles et ceux qui nous nourissent

podcast bouchées doubles

Bouchées Doubles

Le podcast bouffe
qui nous fait voyager

logo podcast food karma beena migotto

Food Karma

Le podcast qui nous invite à agir
dans la Bouffe

basics of bouffe

Basics of Bouffe

Le Podcast qui décortique la Bouffe en quelques minutes

a cote de la plaque

A Côté d'la Plaque

Le Podcast qui parle de tout
sauf de Bouffe

sur le champ

Sur le Champ

Le Podcast qui part à la rencontre d’Agriculteurs inspirants

podcast the good bouffe

The Good Bouffe

Le podcast qui valorise les savoir-faire dans la Bonne Bouffe

podcast fait maison

Fait Maison

Le podcast qui parle du Business de la Bouffe face à la crise

plat du jour

Plat du Jour

Le podcast qui parle des actualités dans le Business de la Bouffe

podcast eats business

Eat's Business

La revue de presse
du Business de la Bouffe

Abonnez-vous à la newsletter Eat's Business !

Pour recevoir toutes les semaines la revue de presse du Business de la Bouffe.

Contactez-nous

Adresse

80 Rue des Haies
75020 Paris

Téléphone

06 70 12 31 40