eat's business 57

Eat’s Business #57 | Les prix en hausse dans l’alimentaire, TheFork se lance dans le paiement au restaurant et les rois de l’apéro

07/06/2022

Ecoutez le podcast sur votre application préferée :


Eat’s Business #57

Dans ce nouvel épisode de Eat’s Business, la revue de presse du Business de la Bouffe, Olivier Frey et Daniel Coutinho reviennent sur les actualités food de la semaine. On parle de la hausse des prix dans l’alimentaire, des fortes chaleurs qui affectent la filière française de fraises et de la Fourchette qui se développe dans le paiement au restaurant.

On parle également des nouvelles stars de l’apéro, du gin plus que jamais en vogue et on termine avec une nouvelle qui fera plaisir aux amateurs de café : apparemment il réduit le risque de mourir prématurément.

La Tribune, Inflation : le budget alimentaire pourrait bondir de 224 euros par personne en 2022, 24/05/2022

Dans une étude publiée le 22 mai, l’assureur crédit Allianz Trade explique que l’inflation des prix dans l’alimentaire pourrait entraîner une hausse du budget de 224 euros par personne en France en 2022. Cette conclusion se base sur l’hypothèse que les distributeurs répercutent sur leurs prix de vente 75% de la hausse des prix qu’ils paient aux industriels du secteur agroalimentaire.

Comme l’explique Aurélien Duthoit, conseiller sectoriel chez Allianz Trade, “les prix des distributeurs alimentaires pourraient croître de 8,2%, ce qui engendrerait une hausse des dépenses alimentaires annuelles de 224 euros par personne cette année, pour un total atteignant 2.963 euros”.

Pour se rassurer un peu, les Français ne seraient pas les plus mal lotis. En effet, la hausse moyenne du budget alimentaire au sein de l’Union européenne serait de 243 euros. Elle monterait même à 254 euros pour les Allemands.

Le Figaro, Les fortes chaleurs révèlent les difficultés de la filière de fraises françaises, 30/05/2022

Les fortes chaleurs de la mi-mai ont mise à mal une partie de la filière française de la fraise. La raison : les fraises ont mûri trop vite et, faute de main d’oeuvre, il y a eu des pertes records.

Comme le résume Émeline Vanespen, directrice générale de l’AOPN Fraise de France, “la difficulté aujourd’hui pour les maraîchers cultivant les fraises en sol c’est de trouver des gens assez motivés pour être à quatre pattes et ramasser des fraises sous le cagnard”.

Laurent Dirat, producteur de fraises, explique “je travaille aujourd’hui avec 52 personnes. Il m’en aurait fallu trois fois plus pendant ces dix jours (de chaleur)”. Il accuse par ailleurs la grande distribution de ne pas vouloir mettre en rayon “des fraises en légère surmaturité” alors qu’elles pourraient, selon lui, “être vendues pour faire de la confiture”.

Les Échos, TheFork et TripAdvisor se développent dans le paiement au restaurant, 31/05/2022 + Le Figaro, Restauration: les nouvelles ambitions de l’application TheFork, 31/05/2022

En 15 ans, TheFork (ex-La Fourchette) est devenu leader en Europe et en Australie de la réservation de restaurants en ligne. Lancé en 2007, La Fourchette (devenu TheFork en 2020) avait été racheté en 2014 par Tripadvisor. Son modèle est actuellement basé sur 2 sources de revenus selon son PDG Almir Ambeskovic : “des commissions sur l’addition et les versements effectués par les restaurateurs pour bénéficier de notre logiciel et nos services (données clients, plan de salle…)” 

Désormais l’entreprise cherche à diversifier ses activités. L’an dernier, elle avait lancé TheFork Pay, une solution de règlement sans contact intégrée dans l’application et disponible dans 25000 restaurants en France, Italie et Espagne. A partir de la fin de ce mois elle va proposer le paiement à table via un QR Code. Dans un premier temps ce service sera disponible dans 200 restaurants dans les trois pays précités et ce nombre passera à un millier à la fin de l’année avant un développement à plus grande échelle en 2023. Enfin, l’entreprise a également mis en place avec une carte-cadeau à dépenser uniquement au restaurant. Disponible à l’heure actuelle uniquement en ligne, il sera bientôt possible de l’acheter en magasin.

Almir Ambeskovic a d’ailleurs de grandes ambitions et affirme ainsi “En quinze ans, nous avons généré 10 milliards d’euros de dépenses au restaurant. Notre objectif est de faire dix fois plus dans les quinze prochaines années. Notre communauté d’utilisateurs en Europe sort deux fois plus au restaurant que la moyenne et dépense 14% de plus”. 

Le Monde, Spritz, ginger beer, anis… Les nouvelles stars de l’apéro, 28/05/2022

L’apéro fait un retour en force depuis la fin des confinements. La preuve, en 2013, 47 % de Français déclaraient prendre l’apéritif une fois par semaine et ils seraient 51 % aujourd’hui (et 74 % à le faire une fois par mois – source IFOP).

Toutefois, comme le constate Florian Gansloser, directeur de l’innovation du groupe Pernod Ricard, “l’apéro s’est renouvelé. Les consommateurs recherchent une plus grande variété et une meilleure qualité d’expériences, avec des boissons souvent plus faibles en alcool”. Richard Cullen, du groupe Bacardi-Martini, parle du développement du “slow drinking”, à savoir “boire moins mais mieux, en passant de la consommation à la dégustation”.

Parmi les stars de l’apéro on trouve évidemment la bière et le vin. D’ailleurs le succès de la bière s’explique par la multiplication des brasseries artisanales. Selon Magali Filhue, la déléguée générale de Brasseurs de France, “il ne restait en France que 25 brasseries dans les années 1980, on en compte 2 300 en 2021” et “depuis cinq ans, il s’en ouvre quasiment une par jour”.

Dans les vins, outre le rosé c’est surtout le Prosecco qui remporte un succès important grâce à l’explosion du Spritz.

Par ailleurs les apéritifs semblent plutôt bien résister et pour les cocktails, le rhum reste un incontournable.

Autre stars montantes : la ginger beer et le ginger ale, des boissons au gingembre qui sont “boostées par le moscow mule, nouvelle star des cocktails”, qui est un “mariage de vodka, de jus de citron vert et de ginger beer”. 

Le Monde, Tous les gins sont dans la nature, 26/05/2022

Un article assez complet sur un spiritueux en vogue. 

Comme l’explique Julien Roques, l’un des fondateurs de la maison Baccae, “le gin, c’est facile et fun. À produire d’abord : il n’y a pas de restriction, du moment que l’on a l’alcool de base [blé, seigle, orge, betterave, raisin…]  et le genièvre. [La seule contrainte réglementaire est que la boisson finale doit avoir un arôme  “significatif” de genièvre!] Cela laisse un champ de liberté important et la place à de multiples recettes, très personnelles”. 

D’après l’article, les origines du gin remontent au XVIe siècle, aux Pays-Bas et en Belgique, “avant de traverser la frontière après la Révolution française”. Par la suite, c’est au 19è siècle que les Britanniques s’y sont mis et le “London dry gin” était né. On apprend également qu’à l’origine, “cette boisson, vendue dans les officines pharmaceutiques, servait à atténuer l’amertume de la quinine dans les traitements antipaludiques”.

Autre spécificité du gin : “contrairement à d’autres alcools, (il) se boit rarement pur” mais plutôt en cocktail, “le plus couramment, avec du tonic, en long drink”. 

Certains comme Philippe Jugé, spécialiste des spiritueux tempère toutefois le succès du gin en expliquant qu’« on dit depuis quinze ans que le gin va connaître un boom, mais cela bouge assez peu. Cela doit représenter quelque 10 millions de bouteilles (…) quand le whisky en compte quasiment 200, le rhum 60 et les anisés 100”

Insider, People who drink coffee every day are less likely to die early than non-coffee drinkers, research suggests, 30/05/2022

Voilà une bonne nouvelle pour les buveurs de café.

Selon une étude récemment publiée dans la revue Annals of Internal Medicine, votre café quotidien pourrait vous aider à vivre plus longtemps et en meilleure santé, même si vous y ajoutez du sucre. En effet, des chercheurs de la Southern Medical University de Guangzhou, en Chine, ont examiné les données sur les habitudes de consommation de café et la santé de plus de 171 000 Anglais, qui ne souffraient pas de cancer ou de maladie cardiaque au début de l’étude et ce sur une période de sept ans.

Ils ont constaté que les personnes qui buvaient régulièrement du café non sucré avaient 16 à 21 % moins de risques de mourir au cours de l’étude que leurs homologues qui ne buvaient pas de café. De plus, ceux qui buvaient entre une et quatre tasses de café légèrement sucré par jour étaient 29 à 31 % moins susceptibles de mourir au cours de l’étude, selon les données.Toutefois, ces résultats ne permettent pas nécessairement de considérer les boissons au café hautement sucrées comme saines, selon un éditorial du Dr Christina Wee, professeur à Harvard, sur l’étude en question.


Pour vous abonner à la newsletter Eat’s Business


ABONNEZ-VOUS AU PODCAST

Des nouveaux épisodes toutes les semaines.

Si le podcast vous plait, et si vous utilisez iTunes ou Apple Podcasts, n'hésitez pas à le noter ★★★★★
C'est très important pour lui donner plus de visibilité. Merci !

Et suivez-nous sur:

Les Emissions

Nos émissions sont animées par des passionnés et experts, dont l’objectif commun est de vous amener à la découverte des coulisses de la Bouffe.

podcast business of bouffe

Business of Bouffe

Le podcast qui parle Bouffe
avec un angle Business

podcast the good bouffe

The Good Bouffe

Le podcast qui valorise les savoir-faire dans la Bonne Bouffe

podcast eats business

Eat's Business

La revue de presse
du Business de la Bouffe

basics of bouffe

Basics of Bouffe

Le Podcast qui décortique la Bouffe en quelques minutes

podcast bouchées doubles

Bouchées Doubles

Le podcast bouffe
qui nous fait voyager

logo podcast food karma beena migotto

Food Karma

Le podcast qui nous invite à agir
dans la Bouffe

a cote de la plaque

A Côté d'la Plaque

Le Podcast qui parle de tout
sauf de Bouffe

sur le champ

Sur le Champ

Le Podcast qui part à la rencontre d’Agriculteurs inspirants

podcast fait maison

Fait Maison

Le podcast qui parle du Business de la Bouffe face à la crise

plat du jour

Plat du Jour

Le podcast qui parle des actualités dans le Business de la Bouffe

Abonnez-vous à la newsletter Eat's Business !

Pour recevoir toutes les semaines la revue de presse du Business de la Bouffe.

Contactez-nous

Adresse

80 Rue des Haies
75020 Paris

Téléphone

06 70 12 31 40